Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 06 septembre 2006

Les excès du nomadisme

medium_nomades1.jpgmedium_nomades2.jpg

 

                                                                                         Une trentaine de caravanes se sont installées place de la perche à Hénin-Beaumont, à deux pas du centre-ville. Les gens du voyage se sont posés là sans « crier gare » et sans autorisation préalable au mépris des lois de la république. Imaginons que nous décidions, avec quelques amis, de planter notre tente sur le même terrain… Le Maire et le préfet nous dépêcheraient les CRS en moins d’une heure.

 

En revanche, pour les nomades, il faut respecter une procédure très longue d’expulsion avec constat d’huissier et tout le toutim.

 

Ces procédures coûtent des milliers d’euros aux Héninois et Beaumontois chaque année sans compter le nettoyage des lieux après... Aux larmes, citoyens !

Commentaires

Nous avons constaté ce phénomène dans nombres de villes.
Les campings cars de touristes sont interdis,ou alors ils doivent régler une taxe sur les parkings aménagés pour eux.
Mais les nomades ont l'hébergement gratuit ainsi que l'eau potable et électricité.

Steeve Briois va t-il changer ce procédé?
Vous le saurez en .....2008!!!

Écrit par : cathy | mercredi, 06 septembre 2006

Comme Dalongeville vous refuse constamment une salle pour organiser vos manifestations malgré l’obligation légale, vous devriez peut-être agir de même.

Bon, trêve de plaisanterie.

A vos porte-monnaie citoyens, car il faudra d’abord saisir la justice pour obtenir un référé et payer un avocat puis rémunérer l’huissier de justice. Plusieurs semaines se seront écoulées. En attendant, bon courage aux riverains qui subiront toutes sortes de nuisances.

Il suffirait pourtant de modifier la loi, mais ne comptons pas sur les élus de l’assemblée nationale. Ils préfèrent dormir dans leurs fauteuils ou briller par leurs absences.

Écrit par : La Patriote | mercredi, 06 septembre 2006

les nomades afflux de tout coté même à Bethune

le pire si, vous Français, vous faites pareil on vous expulse illico

eux restent des mois durant

j ai une net impression que, depuis les lois des socialos, CMU etc .... il y a de plus en plus d'abus


faire une aire de stationnement pour nomade comme le veut la loi .

Des maires se sont retrouvés rapidement sans tuyaux et fils electriques car certains prennent le cuivre pour le revendre !!!!!

RONIN

Écrit par : ronin | mercredi, 06 septembre 2006

Je reviens sur cette affaire de nomades

comme un fait exprés le journal " minute " de la semaine traitait le sujet

Voici l'article:

LE COUP DE GUEULE DE LA SEMAINE /

Jean Louis Masson SENATEUR ( non inscrit ) de la Moselle

CE N’EST PAS A LA COLLECTIVITE DE PAYER POUR LES NOMADES


Nous vivons une situation hallucinante. Si n’importe qui fait, seulement 10 % de ce que font les nomades, il se retrouve directement devant les tribunaux !!!!
On a le sentiment que ces gens, sous prétexte que ce sont des nomades, ont tous les droits. Si demain, je vais déposer sur le terrain d’un particulier des excréments et des ordures, à l’évidence, je ferai l’objet de poursuites. Or, pour les nomades, on finit par trouver cela normal
Je suis totalement opposé à la loi Besson, car ce texte met à la charge des collectivités les conséquences financières du comportement, en dehors de la norme de l’ habitant moyen, de ces gens-là.
Ce n’est pas à la collectivité de payer pour eux et c’est la raison pour laquelle, j’ai déposé une proposition de loi visant à remettre en cause cette loi.
C’est le SMICARD , qui paie ses impôts locaux, qui finit par payer des gens dont un certain nombre ne travaille pas et vivent d’expédients.
Les nomades ont tout à fait le droit de vivre dans une caravane, mais c’est à eux de se débrouiller pour se trouver des emplacements !!!
Si demain, je veux faire du camping je vais sur un terrain et je paie une cotisation, sans vivre aux crochets de la société. Or ces gens vivent au détriment de la collectivité.

Des groupes de centaines de nomades s’ installent souvent de force sur des espaces publics ( terrain de football par exemple ) ou sur des terrains privés, comme des champs , des prés etc…..Le plus souvent l’autorité préfectoral ne réagit pas ou va même demander aux maires de laisser faire pour éviter les incidents.
Les communes et les particuliers lésés sont ensuite obligés de se débrouiller seuls pour engager une action judiciaire qui coûte plusieurs milliers d’euros ( frais d’avocats, frais de huissier, consignation, etc,…..).
Ces actions n’aboutissent que après une dizaine de jours et les nomades vont s’installer ailleurs.
Bien entendu, ils ne paient aucune indemnité , ni pour les frais de justice , ni pour les dégâts causés aux cultures, ni pour la dégradation des équipements publics ( bouches d’incendie forcées, vestiaires sportifs détériorés……….) ni pour les ordures et excréments répandus à des centaines de mètres à la ronde.

Dans ce domaine, comme pour les « sans papiers », on est dans un système où, plus on est marginal, plus on s’attribue des droits en dehors de toute légalité !!!!
C’est du laxisme général de la société. On n’ose rien faire parce que la société est conçue ainsi. Di demain, je vais m’ installer dans l’ appartement du voisin, j’aurai tout un tas d’ embêtements , mais si je suis « sans papiers », j’aurai tous les droits. C’est le problème de fond.



Source : journal MINUTE ( 6 septembre 2006 n° 2272 )

Écrit par : ronin | lundi, 11 septembre 2006

Les commentaires sont fermés.