Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 14 septembre 2006

Micro-trottoir

medium_puces5.jpgLa venue des dirigeants socialistes, à Lens samedi, constitue l’événement majeur pour la bulle médiatique. On ne parle même que de cela. Mais, au fait, qu’en pense le peuple, l’électeur, bref, le citoyen lambda ?

 

Les pages Lensoises de VDN  (que l’on sait moins sectaires que celles d’Hénin) viennent illustrer, ce que nous dénonçons depuis des lustres, le fossé entre le monde médiatique et la réalité.

 

Ainsi, le journaliste Portelli s’est amusé à interroger  des passants au hasard sur la venue du PS. Jacqueline et Jean sont retraités à Courrières et, lorsqu’on évoque les socialistes, ça leur hérisse le poil. Extraits :

 

« Depuis quand ils s’occupent de nous les socialistes. J’ai 72 ans  et depuis que je vote, je n’ai jamais rien vu changer. Pourtant, on a trimé, vraiment beaucoup. Pourtant, c’est à nous qu’on demande toujours plus d’efforts. (…) On compte vraiment pour rien.(…) On avait dit non à l’Europe et ils l’ont fait quand même. La politique aujourd’hui, c’est le pognon. Samedi, ils vont dire « Votez socialistes » et nous on leur dit que ce sera Le Pen (…) On en a marre. »

 

Plus tard, le journaliste croise Micheline d’Hénin-Beaumont,  extraits : « Y’en a assez de leurs promesses. Les socialistes sont des champions dans le genre. Moi, je le dis haut et fort, il faut un mai 68 pour que cela change. Il faut un LE PEN quoi ! »

 

La boucle est bouclée. Ce journaliste, lui au moins, est sorti de sa bulle. Et nous affirmons que ce n’est qu’un début. Vous remarquerez que les gens interrogés habitent la 14ème circonscription. En 2007 et 2008, le changement !

Commentaires

Le précipice qui existe entre la presse écrite ou parlée, les élus et le peuple n’a cessé de s’intensifier au fil du temps.

Tous ces privilégiés vivent dans un cocon doré contrairement à la masse populaire qui subit chaque jour insécurité, baisse du pouvoir d’achat, chômage…

Les Français réalisent enfin que seul Jean-Marie Le Pen a osé leur dire la vérité, même si elle n’était pas toujours agréable à entendre. Ils semblent enfin avoir compris qu’il est le seul capable de sortir la France de ce gouffre.

Le journaliste Portelli fait preuve de professionnalisme et il faut lui reconnaître un certain courage dans ce fief de gauche (plus pour longtemps). Les résultats des prochaines élections s’annoncent en effet sous les meilleurs auspices.

Chacun pourra également remarquer que nous n’appelons à aucune manifestation à Lens ce qui n’est jamais le cas de la gauche caviar à notre égard. Nous sommes de vrais démocrates. Nous les laissons volontiers s’auto-détruire.

Écrit par : La Patriote | jeudi, 14 septembre 2006

Les commentaires sont fermés.