Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 25 septembre 2006

Dalongeville lourdement condamné par la justice…

medium_dalongeville_condamne.jpgC’est une première dans l’histoire d’Hénin-Beaumont. Jamais un maire n’aura été aussi lourdement condamné par la justice pour avoir empêché un élu d’opposition d’accéder aux comptes de la ville, à la liste du personnel municipal, à l’audit financier et à diverses pièces comptables.

 

Car Dalongeville a utilisé toutes les manœuvres dilatoires, toutes les magouilles possibles pour entraver le droit à l’information de Steeve Briois. Pire, il a refusé, dans un premier temps, d’exécuter une décision de justice. Une véritable république bananière corrompue ! Voici le rappel des faits :

 

Par courriers recommandés, datant de février 2003, Steeve Briois demande au maire l’accès aux documents suivants :

 

-          la liste du personnel municipal, l’organigramme de la ville, l’audit financier, la convention liant la ville au journal du pays et diverses pièces comptables.

 

 

Dalongeville, comme à son habitude, ne répond pas se comportant ainsi comme un petit dictateur au dessus des lois républicaines.

 

Steeve Briois saisit le tribunal administratif le 5 janvier 2004. Le tribunal administratif envoie une première mise en demeure au maire d’Hénin-Beaumont. Dalongeville, comme à son habitude, ne répond pas à la justice se comportant ainsi comme un petit dictateur au dessus des lois républicaines.

 

Le tribunal administratif envoie une seconde mise en demeure au maire d’Hénin-Beaumont. Dalongeville, comme à son habitude, ne répond pas à la justice se comportant ainsi comme un petit dictateur au dessus des lois républicaines.

 

Le 24 mai 2005, le tribunal administratif juge l’affaire en présence de Steeve Briois et sans le maire d’Hénin-beaumont qui n’a même pas pris la peine de répondre à une convocation de la justice. Dalongeville, comme à son habitude, ne répond pas à la justice se comportant ainsi comme un petit dictateur au dessus des lois républicaines. Fureur des juges qui n’aiment guère qu’on se moque ainsi d’eux.

 

Le 7 juin 2005, Le tribunal administratif de Lille condamne le maire d’Hénin-Beaumont à délivrer, sous 30 jours, l’ensemble des documents demandés sous peine d’une astreinte de 30 euros par jour de retard.

 

Le camouflet est énorme et le jugement particulièrement sévère. Dans leur jugement, les magistrats soulignent que le maire a délibérément violé la loi.

 

On pouvait s’attendre à ce que le maire de la ville exécute cette décision de justice définitive puisqu’il n’a pas fait appel. Mais Dalongeville n’est plus à une infraction près. Et devinez ce qu’il va faire…. La suite, demain et, en exclusivité, sur votre blog préféré…

Commentaires

Petite annonce pour le personnel de la mairie

Double dose d'antidépresseur pour les messieurs

et mini-jupe pour les dames.

Va être grincheux le ti chef barbu!!!!

Écrit par : cathy | lundi, 25 septembre 2006

Mr Briois est à sa manière un nouveau Shingen Takeda, ce guerrier japonais qui n'a jamais été vaincu. Alors en avant pour 2008 ! Banzaiiiiii !!!!!!!!!

Écrit par : sankukai | lundi, 25 septembre 2006

Le comportement de Dalongeville est révélateur du contenu de ces documents.

Son obstination, malgré la décision de justice, m'amène naturellement à penser que l'analyse de ces différentes pièces pourraient bien mener le monarque devant de sérieux ennuis

Non, je ne pense pas qu'il satisfasse un jour à votre demande.

Pourtant, ce dictateur devra bien se soumettre à un jugement qui arrive à grands pas : celui des électeurs !

Écrit par : La Patriote | lundi, 25 septembre 2006

Monsieur Briois je trouve inadmissible que le contribuable héninois et Beaumontois doivent voir leurs impôts augmentés suite aux turlupidudes et l'incompétence du Barbu, qui de surcroit méprise la justice, les simples citoyens que nous sommes ne feraient pas le centiéme et subiraient davantage l'épée de damoclés de ces même juges. Une fois de plus les contribuables paieront les 10290 euros auquel l'ayatollah héninois à été condamné, le peuple héninois devrait réclamer le remboursement de cette somme sur ses deniers personnel, il est vrai qu'avec l'argent des autres, les dépenses n'ont pas de limite.BRIOIS VITE, TRES TRES VITE.

Écrit par : Larry | lundi, 25 septembre 2006

Gérard Dalongeville se moque complètement des autres, il le prouve à chaque instant, à nous maintenant de lui renvoyer la monnaie en 2008 lors des municipales !!!

Doit-il se sentir protégé pour agir comme il le fait !

Qu'il n'oublie pas toutefois que chaque médaille a son revers, et sur la sienne il sera écrit "DEHORS" !

Écrit par : Brigitte 1 | lundi, 25 septembre 2006

Les commentaires sont fermés.