Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 06 novembre 2006

Le torchon du pays se transforme en super-menteur

medium_jdp.9.jpgAvec les sommes que verse régulièrement la mairie d’Hénin-Beaumont au « Torchon du Pays », on n’est pas étonné, qu’en contre partie, le roi de la faillite y apparaisse à toutes les sauces. Et il fallait bien s’attendre à ce que soient relayés bêtement les mensonges éhontés de Dalongeville.

Ainsi, dans une interview aux allures de cirage de pompes, le roi de la faillite déclare, avec sa mauvaise foi légendaire, que le déficit de 12 millions d’euros est « l’héritage de l’ancienne municipalité ». Il oublie tout d’abord de dire qu’il faisait partie de cette « ancienne municipalité ». Car le rôle qu’il occupait à l’époque n’était pas celui d’une simple secrétaire ou d’un agent administratif quelconque. C’était un rôle politique, en tant que directeur de cabinet de « l’ancien maire », durant cinq années. De plus, il est bon de rappeler que l’incapable Chopin a occupé pendant des décennies des fonctions d’adjoint au maire, au sein de l’ancienne municipalité. D’autres élus du groupe majoritaire, comme Lottegier, Rudy, Deshayes ou Flament, ont participé, eux aussi, à cette ancienne municipalité. S’il y a un héritage, c’est avant tout celui de tout un système, celui du Parti Socialiste. Qu’il soit version Darchicourt ou Dalongeville.

Ensuite, signalons tout de même au roi de la faillite qu’au 31 décembre 2000, le déficit s’élevait à moins de 1,5 millions d’euros (comme l’attestent les procès verbaux des conseils municipaux de l’époque) et non pas à 12 millions d’euros comme il le prétend.

Pour illustrer la totale mauvaise foi de Dalongeville dans cette affaire, il faut se souvenir que la Chambre Régionale des Comptes a épluché les comptes de l’année 2000 et a trouvé un déficit inférieur à 5 %.

En revanche, en 2001, Dalongeville, avec un esprit tordu, a présenté des comptes totalement truqués qui lui ont valu un sérieux remontage de bretelles de la part du sous-préfet de Lens, dans un courrier que nous avons réussi à obtenir. A l’époque il avait bidouillé les chiffres afin que son déficit ne dépasse pas les 5 %, car, à partir de ce seuil, la saisine de la Chambre Régionale des Comptes devenait obligatoire. Après avoir remis de l’ordre dans les comptes 2001 de la ville, le Préfet du Pas-de-Calais a révélé les vrais chiffres du déficit : 12,5 % au 31/12/2001 et 33% au 31/12/2002. Fermez le ban, la messe est dite.

C’est donc bien au 31 décembre 2002 que le déficit a atteint un chiffre hallucinant, dû en grande partie à la folie des grandeurs du Roi de la faillite et à l’embauche de 250 personnes en un an. Avec une telle politique à l’aveuglette et de copinage, il ne faisait aucun doute que la municipalité fonçait droit dans le mur et que les conséquences financières allaient se faire ressentir quelques mois plus tard.

Ces conséquences sont connues de tous et ont pour nom : augmentation des impôts locaux. A aucun moment Dalongeville n’a cherché à faire des économies sur le train de vie de la municipalité. La preuve, ce sont les dépenses de fonctionnement en constante augmentation, malgré les recommandations incessantes de la Chambre Régionale des Comptes. Dalongeville a préféré faire payer ses concitoyens plutôt que de se serrer la ceinture. C’est son choix, mais il faudra bien qu’un jour il en réponde devant les électeurs qu’il a grugés, en 2001, en leur faisant miroiter qu’avec lui à la tête de la mairie, les impôts allaient diminuer.

Aujourd’hui, il passe son temps à communiquer sur le thème « les impôts baissent à Hénin ». Il pense que plus le mensonge est gros, plus il passe. Un jour il communiquera sur le thème « la mer vient jusqu’à Hénin ». Mais les Héninois ont reçu leur avis d’imposition et attendent toujours après cette fameuse « baisse d’impôts ».

Le masque de Dalongeville tombe aujourd’hui et c’est le visage de Super Menteur qui apparaît.

Commentaires

torchis du pays = dallongeville = supers menteurs
Le jour viendra où l'un et l'autre finiront dans les poubelles de l'histoire héninoise, quand le barbu n'aura plus l'occasion de dilapider l'argent du contribuable, son torchis sera liquidé!
A quand les sanctions pour les dépenses abusives au dépent de nos impôts en hausse année aprés année, contrairement aux effets d'annonce éhontées.
CARTON ROUGE A CES SBIRES. SORTONS LES RADICALEMENT ET DEFINITIVEMENT

Écrit par : Larry | lundi, 06 novembre 2006

l effet Dalongeville et sont discours dans le " torchon du pays " me font penser à nos politiciens qui crient incarner le " changement ".

Alors qu étant dans les sphères du pouvoir par le passé , ils ont donné leur accord à des dépenses .

que les Français à présent doivent reflouer

Mais ils prétendent être des sauveurs et incarner
" l alternance "

partout en France des charlatans sévissent dans notre République.

Il y a énormément de menteurs, prestigitateurs en politique

Ils utilisent la langue de bois ( langue officiel des truands ) à des fins carrièriste électorale.

Le FRançais lui ils payent !!!!!!!!!!!!!!!!

Aux prochaines élections votons un candidat qui a de vrais idées pour remonter la vie des FRançais.

Écrit par : ronin | lundi, 06 novembre 2006

L'une des première réforme anti-démocratique prise par Dalongeville fut la suppression du bulletin municipal qui l'aurait obligé à consacrer une page à l'opposition comme le veut la loi. Avec la complicité de son ami Mollet, la pitoyable feuille de chou à la gloire de super-menteur venait de naître.

Quel comportement pernicieux ! Couper les micros pendant le conseil municipal, demander la fermeture d'un blog… Dalongeville consacre plus de temps à essayer de faire taire l'opposition qu'à s'occuper du rôle qui lui incombe.

Pas étonnant, me direz-vous, il a tant de choses à cacher…

Écrit par : La Patriote | lundi, 06 novembre 2006

Qui a menti mentira toujours, c'est un vice comme l'alcool ou la drogue.
Vivement un maire sain, vivement Briois !

Écrit par : Guillaume | lundi, 06 novembre 2006

Y'a de la concurrence dans l'air !!!
Chez David Noël plus c'est gros, plus ça a de la chance de passer !!!

Écrit par : La gonflette | lundi, 06 novembre 2006

Et en plus, la page entière consacrée à l'interview de Super-Menteur au sujet de la fiscalité est illustrée de graphiques dont la source est clairement mentionnée:"services municipaux". Allons donc... Il serait en revanche plus intéressant de les comparer avec ceux, plus sérieux, de la Chambre régionale des Comptes !

Écrit par : prince Arnaud | lundi, 06 novembre 2006

Sujet national

Fabius serait prêt à prendre Nicolas Hulot dans son gouvernement à une très bonne place s'il était élu, alors là c'est la fin et la mort des dernières entreprises françaises...

Écrit par : Germain | lundi, 06 novembre 2006

bon argument lors du discours avec madame brigitte

Écrit par : vn victor | mercredi, 08 novembre 2006

Les commentaires sont fermés.